Aminata Touré, ancienne premier ministre : « Cela pose un problème éthique en politique lorsque deux formations politiques engagées dans une même coalition dans la gestion du pouvoir se retrouvent avec au moins deux candidats aux élections présidentielles » ( L’Obs, 25 déc 2014).

Cette éthique d’Aminata Touré ne s’est pas retrouvée dans sa candidature aux élections locales de 2014. Ministre de la justice dans la première Alternance, cette ancienne fonctionnaire des Nations Unies a explosé sur la scène médiatatique avec l’Affaire de la Traque des Biens mal acquis et notamment le procés Karim Wade.

Alliée au parti socialiste dans le cadre de Benno Bokk Yaakar, la responsable apériste devient premier ministre après le limogeage d’Abdoul Mbaye en septembre 2013. Très vite ses ambitions dakaroises poussent, celle que les sénégalais appellent « Mimi Touré», à se lancer dans la campagne électorale de la capitale sénégalaise tenue par le maire Khalifa Sall, responsable socialiste et ancien ministre.

Battue dans son arrondissement de Grand-Yoff, elle est remerciée par Macky Sall le 10 juin 2014 au bout de dix mois d’activités gouvernementales. Devenue conseillère spéciale du président Macky Sall, elle continue de jouer sa partition.